Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

 

Cécile Révauger,
Professeur des Universités,
UFR d’anglais,
Université Michel de Montaigne

 

Je suis née à Bordeaux en 1955, j’ai fait mes études secondaires au lycée François Magendie de Bordeaux et supérieures à l’Université de Bordeaux III.  Le concours des IPES qui existait alors (pré-recrutement au métier de professeur dans l’enseignement secondaire) m’a permis de vivre dans un relatif confort mes années d’étudiante. J’ai  été reçue aux concours du CAPES et de l’agrégation  en 1977. Enseignante dans un collège d’Argenteuil, puis dans divers collèges et lycées des régions lyonnaise et grenobloise, j’ai  soutenu une thèse de troisième cycle en 1983  sur le conte oriental en Angleterre, ce qui m’a permis d’être recrutée comme professeur agrégé à l’Université Stendhal-Grenoble III en 1985, puis comme maître de conférences dans cette même université en 1987. Mes recherches sur le XVIIIe siècle anglais m’ont incitée à étudier la franc-maçonnerie, née à l’époque des Lumières, de Locke et de Newton. En 1984, il fallait pour cela relever un triple défi : d’une part il s’agissait d’un domaine  largement inexploré par la communauté universitaire et qui semblait donc un peu ésotérique et suspect, d’autre part les archives maçonniques n’étaient pas aussi disponibles qu’elles le sont aujourd’hui, les Grandes Loges anglo-saxonnes faisant à l’époque preuve d’une certaine réserve à l’égard des recherches ayant un caractère public, enfin le chercheur en question était une femme…une bizarrerie pour la plupart des spécialistes britanniques et américains de la franc-maçonnerie … alors qu’aujourd’hui les bibliothèques maçonniques m’ouvrent largement leurs portes et que  les conservateurs font preuve de la plus grande bienveillance à mon égard, comme à l’égard de tous les chercheurs, pourvu que leur travail soit réellement scientifique.

Une bourse Fulbright de la Commission franco-américaine m’a permis d’effectuer des recherches dans les bibliothèques  de Boston et de Washington DC, sans oublier celle de Cedar Rapids, Iowa. Située au cœur du pays du maïs, elle aida sans nul doute son fondateur à tromper l’ennui et rassemble l’une des plus vastes collection d’archives maçonniques . Je pus ainsi rédiger ma thèse d’Etat, « La franc-maçonnerie en Grande –Bretagne et aux Etats-Unis au XVIIIè siècle : 1717-1813 », soutenue à l’Université de Bordeaux III en 1987, sous la direction de Régis Ritz.  Je publiai une version abrégée de cette thèse aux Editions EDIMAF en 1990. Depuis, j’ai publié de nombreux articles consacrés à la franc-maçonnerie, un ouvrage sur les «  Anciens et les Modernes » (, c'est-à-dire  les deux Grandes Loges rivales d’Angleterre, et un livre sur la franc-maçonnerie noire aux Etats-Unis, « Noirs et francs-maçons » (2003). J’ai écrit cet ouvrage grâce à l’obtention d’une seconde bourse de recherche Fulbright qui m’a permis de travailler sur les archives des Grandes Loges noires de Prince Hall à New York et Washington DC. J’ai été nommé professeur des universités en 1990.

J’ai  mené de front recherche et enseignement, comme la plupart des universitaires français. En bonne dix-huitiémiste, je me suis toujours un peu considérée comme citoyenne du monde, et à défaut de pouvoir le sillonner autant que je désirais, j’ai trouvé beaucoup de vertus à la mobilité universitaire…j’ai donc successivement occupé des postes à l’Université de Grenoble (Stendhal-Grenoble III), de Provence (Aix-Marseille I), des Antilles et de la Guyane (en Martinique) avant de rejoindre mon Université-mère, si je puis dire, l’Université de Bordeaux III. Chaque poste m’a apporté un grand nombre de satisfactions et seul l’impérieux besoin de découvrir de nouveaux  horizons a motivé chaque  départ.  A Grenoble, j’ai occupé un poste dit « double-timbre », à l’époque des premiers IUFM, c'est-à-dire que j’enseignais à l’Université tout en exerçant les fonctions de directrice adjointe de cet IUFM pionnier, ouvert à la collaboration avec les universitaires. Ce fut une expérience enrichissante, qui me permit de lancer un certain nombre de programmes de coopération internationale et de côtoyer des milieux  sociaux variés,  des cultures professionnelles  diverses, enseignants du secondaire, anciens directeurs d’écoles normales, corps d’inspection. J’y ai acquis, je pense, quelques qualités de diplomate, à une époque, bien sûr révolue, où pédagogues fondamentalistes et universitaires récalcitrants s’affrontaient allègrement.

 Aujourd’hui je fais partie du CIBEL de Bordeaux, le Centre Interdisciplinaire Bordelais d’Etudes des Lumières, dirigé par Jean Mondot. Mes recherches actuelles, outre la franc-maçonnerie, sont consacrées aux  Lumières et  à l’historiographie des Lumières,  ainsi qu’à l’histoire de la Caraïbe anglophone,  de l’époque des sociétés de plantation à l’abolition de l’esclavage.  J’anime des séminaires de master, dirige des thèses sur le dix-huitième siècle britannique et sur la Caraïbe anglophone des XVIII  et XIXe siècles.

Recherche

Texte libre

Prof. Cécile Révauger

English studies

Michel de Montaigne Bordeaux III University

 

I was born in Bordeaux and was a student at Bordeaux University. I passed the “agregation”  in 1977. I first taught in secondary schools, before registering a thesis on the oriental tale in 18th century . After defending this thesis I started my academic career at Grenoble University. I switched from the oriental tale to Masonic studies as I developed a particular  interest in the 18th century and considered that Masonic lodges could only emerge in the wake of the Enlightenment. At the time studying masonry was a real challenge, first because the academic community was a bit suspicious of the validity of masonry as a scientific field to be explored as it was such an unusual subject, second because Masonic libraries themselves were suspicious and not used to giving public access to their sources, and last but not least because I was a woman, a rarity on Masonic premises  and therefore a strange scholar…Today things have totally changed of course and the curators and staff  of the main Masonic libraries in Britain and the States are extremely helpful. A Fulbright award allowed me to spend a lot of time working on Masonic archives in Boston, Washington DC and Cedar rapids, Iowa: in corn country providing such a huge  collection is  no small feat! The library of the Grand Lodge of Iowa is one of the largest Masonic libraries in the world. I defended my PHd dissertation in 1987, entitled: “ 18th century Freemasonry in and the ”. An abridged version was published  in 1990. I have produced several articles on Freemasonry since. I was appointed “professeur des Universités” in 1990. I obtained a second Fulbright Award in 1999 , which allowed me to work in New York and Washington DC libraries and write a book on black freemasonry in , Noirs et francs-maçons, published in 2003.

As a true 18th century  specialist, I have always considered myself as a “citizen of the world” and although I could not explore the world as much as I wanted to, I did my best and seized all the opportunities to apply for various positions.  This does not mean that I was unhappy with my work but simply wanted to discover a little more each time... This explains why I successively occupied academic positions at Grenoble Unversity, Université de Provence, Université des Antilles et de la Guyane (Martinique) before  coming back to Bordeaux, my home town and university. As most French scholars I have always combined teaching and research activities.

I am now a member of CIBEL (Centre Interdisciplinaire Bordelais d’Etudes des Lumières), the research centre chaired by Jean Mondot at Bordeaux University.  I  teach seminars at master level and I am currently supervising theses on 18th century and in Caribbean studies.

My current research is devoted to freemasonry, the Enlightenment and the historiography of the Enlightenment as well as Caribbean eighteenth and nineteenth century studies.

14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 21:19

Le second volume consacré aux Femmes et à la franc-maçonnerie vient de paraitre aux éditions de La Pensée et les Hommes.

 

La Pensée et les Hommes

Avenue Victoria 5

B-1000 Bruxelles

Belgique

 

 

Le premier portait sur les XVIIIe et XIXe siècles, celui-ci aborde les XXe et XXIe siècles.

Voir ci-dessous  les tables des matières des deux numéros.

 

Ces deux parutions font suite au colloque que j’avais organisé à Bordeaux en juin 2010.

 

 

Vol. 1 Les femmes dans la franc-maçonnerie 

 

  XVIIIe et XIXe siècles

 

I La maçonnerie d’adoption au XVIIIe siècle 

 

Jacob Women’s Freemasonry in the Age of Enlightenment. Stereotypes on the Right and the Left.

 

Burke Princesses of the Blood and Sisters in Masonry: The Duchesse de Chartres, the Duchesse de Bourbon and the Princesse de Lamballe.

 

Caille La franc-maçonnerie féminine : entre adoption et émancipation.

 

Auffret The Lodges of Adoption at the New Museum of Freemasonry (Paris). + illustrations

 

Onnerfors Performance and Participation in Swedish Female Freemasonry.

 

Witkovski ).  Le rôle de la franc-maçonnerie d’adoption dans le combat politique au début du règne de Stanislas Auguste de Pologne (1764-1776).

 

 

II Origines et rituels

 

Collis The Role of Protectresses in Jacobite Fraternities, 1726-1791.

 

Snoek The Adoption Rite, its Origins, Opening up for Women, and its 'Craft' rituals.

 

Decharneux Quand les femmes deviennent maçonnes : regard critique sur les rituels du Marquis de Gages.

 

Besses Les quatre rites fondateurs de la maçonnerie féminine américaine : Boston 1827.

 

 

III La présence des femmes malgré les exclusions

 

Mirala Women and Irish freemasonry 

 

Peter .  Freemasonry and Women in Eighteenth-Century English Press.

 

Pink Robin Hood and 'her' Merry Women:  a Society of Freemasons in an Early Eighteenth Century London Pleasure Garden.

 

Snell : Enlightenment Females and Freemasonry: Contributions by the Fairer Sex to the Freemasons Magazine with Newly Discovered Links to the Freemasons' Female Charity in England.

 

Prescott & Sommers, Sister Dunckerley

 

Carter  Mormonism, Freemasonry and Women.

 

 

IV La maçonnerie d’adoption au 19e siècle

 

Messeca  La Maçonnerie des Dames dans la France napoléonienne :chant du cygne ou métamorphose ?

 

Benimeli Les femmes et la franc-maçonnerie espagnole au 19e siècle.

 

Sommers Hidden in Plain Sight: The Order of the Eastern Star in the Historiography of American Women’s Associations.

 

Vigni La régénération  morale de la femme dans les anciennes loges d’Adoption : le cas italien.

 

Soucy La franc-maçonnerie féminine à Cuba.

 

 

 

 

 

Vol. 2 Les femmes et la franc-maçonnerie 

 

XXe – XXI e  siècles.

 

 

 

 

1 Panoramiques

 

Françoise Jupeau-Requillard,  La présence des femmes dans les loges françaises : un enjeu politique.

Marie-Paule Dupin-Benesse, Masculin/Féminin en Franc-Maçonnerie : une histoire de résistances.

Jean-Pierre Bacot, Université de Bourgogne. Le féminisme en franc-maçonnerie, un parcours tortueux.

Jeffrey Tyssens, Le discours masculin sur la franc-maçonnerie féminine en Belgique (1912-1960): la régression des progressistes? 

Anna-Maria Isastia, La franc-maçonnerie féminine italienne des années 1800 à aujourd’hui.

 

 

2 Arrêts sur images

 

Sophie Geoffroy, Annie Besant, Théosophe, Socialiste, Féministe et Franc-Maçonne : une femme à l’origine du Droit Humain.

Patricia Izquierdo, Maria Deraismes, une femme éclairée à la tête du Droit Humain. 

Andrée Prat, Les motivations des postulantes au Droit Humain  à travers l’étude de testaments philosophiques de 1893 à 1903 (d’après les archives russes).

Ann Pilcher-Dayton, Doctor of the  University of Sheffield. Women Freemasons in England 1908-1935.

Diane Clements, “Its members are of all sorts…”, The Male Element of Early Co-Freemasonry in England.

John Slifko, Louis Goaziou, a Member of L’Ordre Maçonnique Mixte International Le Droit Humain, and the Introduction of Freemasonry for Men and Women into the United States in the First Half of the Twentieth Century.

Aimee E. Newell, Scottish Rite Masonic Museum & Library, Lexington, MA, USA. Authority or Auxiliary?  Miss Rose Lipp’s Masonic Business, 1890-1920.

Françoise Moreillon, Les Loges d’Adoption du 20e siècle, creuset  de la Maçonnerie Féminine indépendante.

Olivia Salmon Monviola, Diffusion et circulation des travaux de la franc maçonnerie féminine dans le Madrid des années 30 : l’exemple de la loge Amor.

 

 

3 La mixité en question(s)

 

Françoise Barret-Ducrocq, Une assemblée mixte en maçonnerie est-elle propice à l’émancipation des femmes et des hommes aujourd’hui?

Dominique Paquet, De la mixité en franc maçonnerie : fantasmes et représentations.

 

Célia Poulet, Loges féminines, loges masculines :  distinction institutionnelle, proximité des pratiques.

Ingrid Chapard, L’initiation maçonnique est-elle un opérateur de genre ? 

Claudine Batazzi-Alexis, Représentations sociales de la franc-maçonnerie féminine : des clichés qui ont « la peau dure.

Bérengère Kolly, L’affaire sororité : fraternité, universel et inclusion des femmes dans la franc-maçonnerie.

Olivia Chaumont et Nicolas Froeliger, L’identité de la franc-maçonnerie à travers le transsexualisme.

 

 

Témoignages

 

Denise Oberlin, Le développement de la GLFF à l’international.

Marie-Françoise Blanchet, La Grande Loge Féminine de France, de la difficile liberté au rayonnement : Témoignage d’une Passée Grande Maitresse de la Grande Loge Féminine de France.

Anne-Marie Dickele , Questions de  mixité. 

Marie-Françoise Passini, Comment une femme ayant frappé à la porte de l'obédience mixte du DROIT HUMAIN, il y a plusieurs années,  voit-elle son histoire et celles des femmes et des hommes dans ce cadre ?

 

 

 

Commandes:

 

La Pensée et les Hommes

Avenue Victoria 5

B-1000 Bruxelles

Belgique

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cecile Revauger
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens